Déchets sols pollués

L'ACTUALITÉ > EDF : l'éternel Ministre de l'énergie

01/03/2016 -

A quelques jours du cinquième anniversaire de l’accident de Fukushima et du trentième de celui de Tchernobyl, Ségolène Royal décide de se prononcer en faveur du prolongement de vie pour les réacteurs du parc nucléaire français. Comment le gouvernement compte-t-il garantir la sécurité d'un nucléaire vieillissant en y mettant les moyens tout en sauvant financièrement le soldat EDF en proie à un mur d'investissement ? Les premiers signaux gouvernementaux sont clairs et scandaleux et font craindre le pire en matière de sécurité.

Une évaluation au rabais pour Cigéo

Les déchets nucléaires les plus dangereux produits depuis 40 ans doivent être enfouis à 500mètres sous terre à Bure selon le projet CIGEO. Lors du débat public, aucune indication de coût n'avait été produite. Encore une exception nucléaire car aucun débat public ne peut voir le jour si le coût du projet n'est pas indiqué. L'ANDRA a récemment donné une évaluation vers 34 Md€. Une première analyse de l'ASN pointait des sous-évaluations. EDF proposait un chiffre de 20 Md€. La ministre devait fournir son évaluation, laquelle conditionne les provisions que doit faire EDF. La ministre a donc sagement écouté EDF ; ce sera 25 Md€ !

Un arrêté spécial pour une sécurité « lowcost »

En plein milieu des fêtes, le 30 décembre 2015 paraît un arrêté concernant les équipements nucléaires sous pression, à savoir les équipements les plus essentiels pour la sécurité. Un tel arrêté existe déjà depuis 2005. Il est logique de penser qu'il s'agit de le renforcer. Pas du tout ! Il s'agit au contraire de permettre d'y déroger en permettant d'installer des équipements qui n'auraient pas satisfait à toutes les exigences techniques de sûreté. La cuve défectueuse de l'EPR qui n'a pas satisfait à l'ensemble des conditions pourra donc rester en place, ainsi que son couvercle, lui aussi défectueux. La ministre a donc sagement écouté EDF.

Les conditions d’un prolongement ne sont pas connues

Alors que l'ASN est en train d'élaborer les conditions minimales de sécurité pour que les réacteurs puissent dépasser les 40 ans, la ministre, écoutant sagement EDF, fait pression en déclarant qu'elle est favorable à une durée de vie de 50 ans. Pourtant, pour tous les experts, les cuves avaient été dimensionnées pour fonctionner en toute sécurité autour de 40 ans. D'où la nécessité d'une extrême prudence pour dépasser cette durée au cas par cas, en tenant compte de tous les ennuis du réacteur, de l'état de la cuve et de tous les équipements essentiels.

Denez L’Hostis, président de FNE : « A l’ occasion des anniversaires des catastrophes de Fukushima et de Tchernobyl, il serait bon de ne pas oublier les conséquences d’une telle catastrophe. Ce risque a toujours été nié en France et le citoyen n’est jamais consulté. Les gouvernements qui se succèdent s’accrochent à un modèle énergétique vieux de 50 ans et bloquent la transition énergétique dans laquelle de nombreux pays européens sont engagés. Il faut que l’Etat cesse de donner à EDF les clés de la politique énergétique française.»

Télécharger le communiqué de presse FNE du 1/03/2016 en format PDF.

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3000 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebook et Twitter (@FNEasso).