Tout est lié

L'ACTUALITÉ > LNOBPL : un débat public qui ne répond pas aux bonnes questions

09/12/2014 -

Depuis maintenant 3 mois se déroule le débat public organisé par la CPDP (Commission Particulière du Débat Public) concernant le projet de Liaisons Nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire (LNOBPL). Les associations de protection de la nature et de l’environnement liées à France Nature Environnement y participent pleinement mais ne s’y retrouvent plus. Les élus porteurs de ce projet martèlent qu'il se fera, n'admettent pas la remise en cause de leurs objectifs et refusent d'entendre les arguments et les questions d'une grande majorité des participants aux débats.

Le débat public LNOBPL porte-t-il comme il le devrait sur opportunité du projet ? NON

Le débat se focalise sur le choix d’un des trois scénarios présentés (mauve, vert ou bleu) et donc uniquement sur le fait de savoir quel tracé va être choisi suite au débat public. Mais la question qui devrait être clairement posée par la CPDP aux citoyens et aux élus qui devraient en débattre est celle de l’opportunité de répondre aux 5 objectifs fixés par la commande politique.

Le projet est-il viable au point de vue économique ? NON

FNE et ses associations membres ont demandé en juillet 2014 que des expertises indépendantes répondent à certaines questions dont celle de la rentabilité. Les deux missions d’expertises ont présenté leurs rapports (le 27 novembre à Nantes et le 02 décembre à Rennes). Daniel Gestain, administrateur d’IVINE, reprend les conclusions « Du point de vue économique, leurs réponses sont sans appel : aucun des scénarios n’est à ce jour rentable et les hypothèses prises sont tellement hautes et fragiles que la moindre modification de celles-ci fait s’écrouler le montage économique ».

Le projet répond-il aux demandes de la société ? NON

Le projet LNOBPL ne répond pas aux demandes sociétales actuelles et à venir : défi de la transition énergétique, arrêt de l’artificialisation des terres agricoles et naturelles, développement du fret ferroviaire, des liaisons ferroviaires à plus haute fréquence, etc. Pour Gérard Chéné, administrateur de CANE, « les élus se trompent de combat : cela ne sert à rien de gagner 10 minutes sur un tracé Brest-Paris, ce qu’il faut c’est une desserte des territoires plus dense et plus fréquente ».

Le projet est-il acceptable au point de vue écologique ? NON

Créer des lignes nouvelles c’est impacter lourdement l’environnement. Les territoires traversés sont fragiles : vallée de la Vilaine, vallée du Don, zones humides au nord de Nantes et autour de Redon, etc. Pour Yves Lepage, président de FNE Pays de la Loire, « créer des lignes nouvelles, qui plus est pour y rouler à 320 km/heure est très destructeur pour la biodiversité alors qu’il est possible d’imaginer des scénarios améliorant l’existant ».

Bilan : le projet est manifestement inopportun et le débat est biaisé

FNE et ses associations membres considèrent que le projet actuellement présenté n’est pas le bon. Pour Michel Dubromel, pilote du réseau Transport Mobilité Durable de FNE, « Il apparaît clairement que le projet ne répond en rien aux besoins de la majorité de la population, qu’il n’est absolument pas rentable au point de vue économique et donc qu’il n’est pas opportun. Malgré des efforts louables de la CPDP les élus refusent totalement le dialogue sur la commande politique. Le débat est dans l’impasse et produira inévitablement les mêmes effets qu’un Notre Dame des Landes ou un Sivens».FNE et ses associations, qui soutiennent l’amélioration et la modernisation de la desserte ferroviaire en Bretagne et en Pays de la Loire, demandent à ce que la commande politique soit revue et fondée sur une expression des besoins de mobilité intégrant les usages nouveaux : covoiturage, technologies numériques et des prévisions de croissance réalistes.