Déchets sols pollués

L'ACTUALITÉ > L'air de rien, l'année de l'air s'achève...

10/12/2013 -

Ce lundi 9 décembre 2013 se tient à Strasbourg la Conférence de clôture de l’année européenne de l’air, lancée le 8 janvier 2013 à Bruxelles. Cette rencontre organisée par la fédération ATMO-France sous le patronage de Janez Potočnik Commissaire de l’environnement, est l’occasion de revenir sur les temps forts de cette année et d’avancer sur la question pour relever enfin le défi de la qualité de l’air en Europe. Explications de France Nature Environnement (FNE).

L’air pollué attaque aussi notre économie

Alors que la Commission devait annoncer une partie de la révision de sa stratégie européenne de la qualité de l’air à l’automne, rien n’a été présenté à ce jour. Ceci alors même qu’un épisode de pollution aux particules fines traverse toute l’Europe et impacte une fois de plus la santé et le porte-monnaie des citoyens européens. Pour FNE, l’heure des constats est dépassée. Nous connaissons les impacts sanitaires désastreux des polluants de l’air. Le CIRC a classé le 17 octobre dernier l’air extérieur pollué comme cancérigène certain pour l’homme. La facture elle aussi est lourde, de l’ordre de 20 à 30 milliards d’euros par an en France métropolitaine rien que pour les coûts sanitaires liés à l’air extérieur. La facture humaine et pour notre économie est insoutenable !

Un éventail de solutions

Alors que des lobbies industriels font pression dans le sens d’une régression de la stratégie air de l’Europe, France Nature Environnement rappelle qu’un éventail de moyens d’actions existe. De nombreuses solutions sont même testées et approuvées par certains de nos voisins européens. Comme le souligne le dernier rapport de l’Agence Européenne de l’Environnement : « vivre en ville ne signifie pas nécessairement air pollué, congestion, bruit et longs temps de transport. De nouvelles idées dans les transports urbains sont en train de rendre de nombreuses villes plus saines et plus agréables à vivre ».

Pour José Cambou, pilote du réseau Santé-environnement de France Nature Environnement : « les institutions et les Etats européens, dont l’Etat français, doivent dès aujourd’hui prendre des engagements forts pour réduire les concentrations de polluants dans l’air qui mettent en danger les citoyens et affaiblissent encore un peu plus les finances de la collectivité. »

Communiqué FNE du 9 décembre 2014